Accueil ArticlesLes mammiferes de la foret de fontainebleau
Cet article est tiré de mon livre : Les animaux sauvages de la forêt de Fontainebleau. Publié aux Editions du Puits Fleuri en 1998. LE CHEVREUIL Le chevreuil est un animal forestier, mais qui affectionne les lisières, il peut même vivre en plaine. La diversité et l’hétérogénéité des milieux sont nécessaires au chevreuil, car il a un comportement alimentaire très éclectique. Il se nourrit de végétaux ligneux et semi ligneux, ainsi que de plantes herbacées, de fruits forestiers, et ne dédaigne pas les champs de céréales.
LE SANGLIER Rencontrer le sanglier en forêt est difficile ; doué d’un excellent odorat et d’une ouïe très fine, il repère l’observateur de loin et l’évite. L’affût près des lieux de gagnage (lisière de champs) ou près des souilles permettra de l’observer à condition d’être placé sous le vent, ou mieux d’être perché. Il est préférable de tenter d’observer le Sanglier par nuit de pleine lune, car il est bien souvent nocturne. Si l’on est silencieux et placé à bon vent, il est possible de l’observer de très près car sa vue est médiocre, et un observateur immobile est confondu avec un arbre.
LE CERF Le Cerf est incontestablement le roi de nos forêts. C’est la plus grosse bête depuis qu’Ours et Bisons ont disparu.Les zones forestières situées près des champs sont fréquentées toute l’année par les cerfs et les biches, qui se nourrissent l’été dans les plaines et l’hiver en forêt. Par contre, les sites plus pauvres en nourriture (landes à bruyères) ou trop dérangés par les promeneurs ou par la chasse, ne sont utilisés que par les femelles, les mâles ne se rendant sur place que pour le rut, préférant se tenir dans les boqueteaux autour de la forêt le reste de l’année.
LE PUTOIS Le putois est très rare en forêt de Fontainebleau. Par contre, il est plus commun en lisière de forêt. LA BELETTE La Belette est le plus petit carnivore d’Europe. La fourrure de la belette est brune sur le dessus et blanche dessous. A Fontainebleau, la belette ne semble pas très abondante, les observations sont assez rares, et localisées essentiellement au nord de la forêt.
LE BLAIREAU Le blaireau est un animal strictement nocturne. Il n’est pas rare à Fontainebleau. J’estime la population de blaireaux à environ 80 individus (dont la moitié est constituée de jeunes de l’année), soit une densité minimum de 0,4 blaireaux pour 100 ha de forêt.
LE CHAT SAUVAGE Hormis une observation que j’ai faite dans le nord de la forêt, dans le secteur de la Boissière, les seules trois autres données pour cet animal très rare proviennent du sud du massif (Bourron-Marlotte, Nemours, Villiers sous Grez). Il s’agit certainement d’individus erratiques à la recherche de territoires, provenant du Loiret et de l’Yonne, départements où le chat sauvage est bien présent.
LA FOUINE La Fouine est un carnivore de taille moyenne, de couleur brun foncé, au corps allongé, bas sur pattes et qui possède une longue queue. En forêt de Fontainebleau, la fouine est observée régulièrement la nuit. Elle est aussi notée en lisière de forêt car elle n’hésite pas à entrer dans les villages LA MARTRE La Martre a la réputation d’être une espèce typiquement forestière ; elle semble être très sensible au dérangement humain (exploitation forestière, tourisme), ce qui pourrait expliquer sa rareté en forêt de Fontainebleau. La martre est difficile à observer comme tout animal forestier possédant un vaste territoire, et où aucun lieu n’est particulièrement favorable à l’observation.
LES CHIROPTERES - Le Murin de daubenton (Myotis daubentoni) : Cette petite espèce forestière est inféodée aux plans d’eau, ce qui explique qu’elle soit rarement observée en forêt, et seulement dans les secteurs situés à proximité de la Seine. Le Murin de daubenton gîte dans les trous d’arbres, mais aussi sous les ponts. Son comportement de chasse est typique : il vole au ras de l’eau en larges cercles, capturant parfois un petit insecte à la surface : moustique, tipule, papillons de nuit, voire petits crustacés et alevins. - Le Murin à moustaches (Myotis mystacinus) : Cette petite chauve-souris à l’aspect foncé, est très rare en forêt de Fontainebleau. Elle n’a été trouvée qu’une seule fois, en hiver, dans une grotte du sud de la forêt. - Le Murin de Brandt (Myotis brandti) : Cette petite espèce de Murin ressemble beaucoup au Murin à moustaches, et ne s’en différencie que par des caractères dentaires, et par la taille et la forme du pénis. La seule mention de cette espèce concerne un individu capturé, alors qu’il chassait sur une mare de la forêt. - Le Murin de Natterer (Myotis nattereri) : Cette chauve-souris de taille moyenne (envergure : 25 cm) se reconnaît à son dos gris, son ventre très blanc, ses oreilles assez longues (moins longues que le Murin de Beichstein), son tragus long et fin, ainsi que par les poils courts et épais bordant la membrane interfémorale. Le Murin de Natterer chasse à proximité des lisières forestières, et parfois près des vieilles futaies. - Le murin d’Alcathoe (Myotis alcathoe) : J’ai découvert cette espèce récemment, identifiée grâce à ses émissions ultrasonores. Pour l’instant, elle n’est connue qu’en un seul site. - Le Murin de Beichstein (Myotis beichsteini) : Cette espèce se reconnaît à la couleur de son dos brun clair contrastant avec son ventre très blanc, et par la taille de ses oreilles (dépassant le museau de la moitié de leur longueur). Le Murin de Beichstein chasse dans une variété de milieux importante, du moment que ceux-ci soient situés en lisière. Il chasse aussi à proximité des vieilles futaies. En forêt de Fontainebleau, le Murin de Beichstein est rare. - Le Grand Murin (Myotis myotis) : C’est une des plus grandes espèces françaises (envergure : 34-38 cm) ayant un pelage dorsal gris roux, ventre blanc. Les colonies de reproduction de Grand Murin s’installent dans de vastes combles (églises, greniers). Des individus isolés sont contactés en forêt où ils capturent beaucoup de proies à terre : carabes, grillons, etc.… Cette espèce préfère les milieux ouverts pour chasser (régénérations, lisières) avec une préférence pour les résineux. Cette espèce est très rare à Fontainebleau, puisque seulement 3 individus ont été observés en forêt. Le Petit Murin (Myotis blythi) : Le Petit Murin est difficile à différencier de son espèce jumelle, le Grand Murin. La longueur de l’oreille et celle de l’avant-bras permettent de séparer les 2 espèces. Cette espèce chasse dans les milieux ouverts (lisières, régénérations), avec une préférence pour les résineux.A Fontainebleau, le Petit murin est très rare, puisque 2 individus seulement ont été capturés. - La Noctule commune (Nyctalus noctula) : Cette grande espèce (envergure : 35-40 cm) sylvestre a le dos de couleur brun roux, et le ventre plus clair, ses oreilles sont arrondies, ses ailes longues et étroites. La Noctule commune est la chauve-souris qui sort le plus tôt dans la soirée, prenant le relais des hirondelles, et volant parfois même avec elles. Elle chasse au dessus de la canopée, d’un vol rapide, entrecoupé d’impressionnants piqués, qui lui permettent de capturer les gros insectes dont elle se nourrit : hannetons, papillons, etc. La Noctule commune entreprend des migrations saisonnières, cependant, une partie de la population est présente toute l’année en forêt de Fontainebleau. La Noctule commune chasse uniquement en milieux ouverts. Elle habite été comme hiver dans les arbres creux. En forêt de Fontainebleau, la Noctule commune est assez commune. - La Noctule de Leisler (Nyctalus leisleri) : Cette espèce arboricole ressemble à la Noctule commune, mais sa taille est plus petite, et les poils de son dos ont les extrémités dorées. Cette espèce préfère les milieux ouverts (lisières, régénérations) ; C’est une des seules (avec la Sérotine commune et la Pipistrelle commune) à chasser dans des futaies de résineux. Comme la Noctule commune, elle est très abondante dans les lisières fleuves/forêt. A Fontainebleau, la Noctule de Leisler est assez commune. - La Sérotine commune (Eptesicus serotinus) : Cette grande chauve-souris arboricole, de couleur sombre se rencontre souvent au voisinage des habitations humaines. Cette espèce semble préférer chasser dans les parcelles de résineux (qu’elles soient en futaie ou en régénération), ainsi qu’en lisière de ville ou de la Seine. Elle décrit de grands cercles assez haut d’un vol relativement lent. Près des villes, elle chasse souvent autour des lampadaires. Une colonie d’une centaine d’adultes (170 jeunes et adultes en fin d’été) habite les combles d’une maison située en lisère de forêt. La Sérotine commune est assez commune à Fontainebleau. - La Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus) : Cette petite espèce est largement répandue dans toute la région. La Pipistrelle commune est une espèce ubiquiste. On la trouve pratiquement dans tous les milieux de la forêt. C’est la seule espèce qui chasse régulièrement dans les futaies de chênes et de hêtres, ainsi que dans les lisères de futaie et de champs. Son vol est rapide, zigzaguant, elle chasse très fréquemment sur les chemins forestiers, sous la voûte des arbres. En forêt de Fontainebleau, la Pipistrelle commune est une espèce commune. La Pipistrelle de Nathusius (Pipistrellus nathusii) : Cette espèce sylvestre est légèrement plus grande que la Pipistrelle commune (la longueur de l’avant-bras et du 5e doigt, associée à l’examen de certaines caractéristiques dentaires permet de les différencier). C’est l’une des rares chauves-souris européennes à effectuer de véritables migrations saisonnières. Il semblerait que les femelles mettent bas en Europe de l’Est, et rejoignent l’Europe de l’Ouest dès que les jeunes sont capables de voler. En forêt de Fontainebleau, la Pipistrelle de Nathusius est observée à partir de la fin de l’été. La Pipistrelle de Nathusius est très rare à Fontainebleau. - La Pipistrelle de Kuhl (Pipistrellus kuhli) : La Pipistrelle de kuhl se distingue des autres pipistrelles par la longueur du cinquième doigt, et par certains caractères dentaires. Cette espèce chasse en lisière de futaie de chênes ou de résineux. La Pipistrelle de Kuhl est très rare à Fontainebleau. - La Pipistrelle pygmée (Pipistrellus pigmaeus) : La Pipistrelle commune vient d’être séparée en 2 espèces sur la base d’émissions sonores distinctes et d’importantes divergences de séquences dans le gène du cytochrome. La différenciation peut s’effectuer à l’aide de leurs signaux d’écholocation, la fréquence contenant le maximum d’énergie étant en moyenne, soit 46 kHz, pour la Pipistrelle commune soit 55 kHz pour la Pipistrelle pygmée. Cette espèce vient d’être découverte dans une réserve biologique dirigée de la forêt de Fontainebleau. - L’Oreillard roux (Plecotus auritus) : Cette chauve-souris est de taille moyenne (envergure : 24-28 cm) mais se reconnaît à ses grandes oreilles, (presque aussi longues que le corps) repliées sous les ailes au repos. En vol, hormis ses oreilles, ses larges ailes, son type de vol (sur place, pour glaner les insectes posés sur les feuilles : chenilles, papillons de nuit) permettent d’identifier le genre « oreillard » car l’Oreillard roux et l’Oreillard gris ne peuvent être différenciés qu’en examinant attentivement de nombreuses particularités morphologiques et certains caractères dentaires. Ses grandes oreilles lui permettent d’entendre ses proies, et l’Oreillard chasse parfois sans émettre d’ultrasons, seulement en écoutant. Quand il émet des ultrasons, ceux-ci sont très faibles en intensité. En forêt même, seul l’Oreillard roux a été identifié. Il est assez commun. - L’Oreillard gris (Plecotus austriacus) Il existe une colonie d’une dizaine de femelles dans les combles d’une église en lisière de forêt, ce qui constitue la seule donnée concernant cette espèce. L’oreillard gris se perche toujours au même endroit pour enlever les ailes des papillons qu’il a capturés.
LE LAPIN DE GARENNE Le lapin de garenne est plus petit que le lièvre, ses oreilles sont plus courtes, et n’ont pas de taches sombres à l’extrémité. Il mène une vie souterraine dans les terriers qu’il creuse. Le lapin est bien répandu en forêt de Fontainebleau. Il est particulièrement abondant dans les lisières de la forêt avec les champs, mais on le trouve aussi en pleine forêt où il est plus disséminé, ainsi que dans les landes à bruyères. LE LIEVRE Contrairement au lapin, le lièvre n’habite pas dans un terrier, mais se tient tapi dans un gîte de fortune (sous des ronces ou des arbustes) où il fait une confiance totale en la couleur de sa robe pour le confondre avec le sol qui l’environne. Le lièvre est bien répandu en forêt de Fontainebleau.
LE RENARD ROUX Le renard est facile à observer au lever du jour ou au crépuscule, lorsqu’il chasse, ou en se postant près d’un terrier où une renarde élève sa portée. Les renards n’ont pas peur de s’aventurer en ville, et ils vont régulièrement s’alimenter dans les poubelles des villes de Fontainebleau et d’Avon. Hormis durant le rut, le renard est un animal solitaire, les rares observations de groupe ont été faites près de points de nourrissage (jusqu’à 3 adultes ensemble, près des poubelles d’un restaurant en lisière de forêt à Fontainebleau).